L'excuse

À propos

Lise est une femme que l'on découvre assez rapidement âgée, mais, comment le dire, verte encore et qui ne se refuse en tout cas aucun des plaisirs de la vie, qu'il s'agisse de l'alcool ou des hommes. On dira que pour elle l'automne ne fait que commencer... Elle vient d'hériter une magnifique maison sur l'île très chic de Martha's Vineyard, en face de Boston, et le roman commence alors qu'elle ouvre cette maison. Elle se souvient... Elle se souvient de la première fois où elle y a mis les pieds, il y a bien longtemps. Elle était une jeune universitaire française, elle venait de perdre son père. Sa tante l'avait prise sous son aile. Elle se souvient que Nick son cousin et Charles le cher ami de son cousin, l'avaient accueillie sur la véranda, et qu'il y avait là Mr Chancellor, son oncle, qui devait bientôt mourir, et que c'était l'heure de l'apéritif. Elle a hérité cette belle maison parce que Nick est mort et, après lui, sa tante. Il y a là des affaires qui appartiennent à Nick, des papiers notamment, qu'elle va découvrir, ils ont été laissés à son intention et soigneusement préparés. Il suffira que Lise en entreprenne la lecture, cela vient très vite, pour que la chronique mélancolique et nostalgique, assez Fitzgeraldienne, cède la place à une tout autre histoire. Une histoire d'emprise. On se rend alors compte - on, c'est-à-dire le lecteur, et Lise elle-même - que toute sa vie ne semble avoir été qu'une histoire écrite par un autre, une histoire qu'elle n'a jamais pu contrôler, sinon dans les détails, et encore. Et l'autre, pour commencer (pour commencer !) c'est tout simplement Henry James, tandis que l'histoire c'est celle qu'il raconte dans Portrait d'une femme - pour commencer... C'est un jeu étonnant qui s'ouvre alors, un jeu de rôles, un jeu de correspondances, de renvois, d'associations et de réminiscences, un magnifique et drôle commentaire de texte, mais aussi un jeu de plus en plus inquiétant à mesure qu'on y avance, d'autant qu'il se révèle à tiroirs et qu'il prend une telle ampleur qu'à la fin on sait à peine qui on est soi-même et de quel piège vertigineux on vient de sortir - chance que n'a pas la malheureuse héroïne. L'Excuse est un roman qui se promène et nous promène à travers de nombreux registres avec une rare virtuosité. C'est une histoire d'amour. C'est une chronique sociale, pleine de vivacité et d'humour. C'est une plongée dans le temps. C'est un thriller. C'est un grand thriller littéraire, non pas seulement parce que c'est un thriller remarquablement construit et écrit, ce qui ne serait déjà pas si mal, mais parce que la littérature en est le sujet. La littérature : son pouvoir absolu et la folie sur quoi elle peut déboucher, sur quoi elle s'est, sans doute, toujours construite.

Avis des internautes

Avis général

(Cet ouvrage n'a pas encore d'avis)

Donnez votre avis

(De "Peu d'intérêt" à "Excellent")

Rayons : Littérature générale > Romans & Nouvelles

  • EAN

    9782846823951

  • Disponibilité

    Disponible

  • Nombre de pages

    346 Pages

  • Action copier/coller

    Non

  • Action imprimer

    Non

  • Partage

    Dans le cadre de la copie privée

  • Nb Partage

    6 appareils

  • Poids

    604 Ko

  • Distributeur

    C.D.E.

  • Support principal

    ebook (ePub)

Julie Wolkenstein

  • Naissance : 1-1-1968
  • Age : 52 ans

Julie Wolkenstein est née en 1968.ÿElle enseigne la littérature comparée à l'université de Caen.ÿDernier roman paru : Les Vacances (2017, Prix des Deux Magots). Elle est aussi l'auteure de deux traductions chez P.O.L : Gatsby de Francis Scott Fitzgerald, et Ethan Frome d'Edith Warthon.

empty